Recherche

Articles avec le tag ‘Virginie Despentes’

On se définit par ceux que l’on exclue : une réflexion intéressante de Virginie Despentes (Vernon Subutex 3)

Sur le fond, tout le monde est d’accord : exclure les impurs, les impropres, les empêcher de s’exprimer. créer une catégorie de massacrables. les frontières varient, mais le jeu des gardes-douanes reste le même. C’est :toi, dehors. Je ne veux pas de çà chez moi. Le seul critère véritable, c’est qui on met dans les camps. Qui est torturable, charnièrable. Qui mérite d’être exclu. Il y en a qui ne veulent pas vivre avec les patrons, et d’autres c’est les Camerounais. il y en a qui ne veulent plus supporter les machos, et d’autres c’est les Gitans….On est tous du côté du pur. la seule chose qui nous intéresse c’est de légitimer la violence. Il faut que ce soit pour la bonne cause. parce qu’on veut bien avoir du sang sur les mains, mais en gardant bonne conscience. C’est la seule différence entre le sociopathe et le militant politique- le sociopathe se contrefout d’être dans le camp des justes. il tue sans préliminaires, c’est à dire sans perdre de temps à construire sa victime comme un monstre. Les Militants, eux font ça correctement : d’abord la propagande, et ensuite seulement le massacre.” (page 139 dans la bouche de Xavier, scénariste sans succès, aime les chiens)

C’est excessif mais ça donne à réfléchir sur ce thème qui m’est cher : l’exclusion