Recherche

Articles avec le tag ‘vieillesse nippone’

Témoignage nippon sur la vieillesse

Le journal Le Monde a publié le 25 Aout 2017 , dans sa série :’l'Eté des débats”, un article sur les oeuvres littéraires d’ auteur(e)s” seniors” japonais, pour la plupart non traduits en français.
Il me parait intéressant de relayer ces informations dans le cadre de mes articles sur la vieillesse.
Quatre vingt dix ans, pas de quoi pavoiser” est le dernier ouvrage paru de Aiko Sato (2016, non traduit)
Le Monde en publie quelques extraits traduits par Philippe Pons :“Même calculer mon âge est fatigant…
Le cauchemar des vieux…La télé ne marche plus. un technicien vient, tripote la télécommande. en dix secondes, ça remarche…Facture :4500 yens (40 euros). Je m’insurge, c’est le coût du déplacement. Je vais aux toilettes dans le grand magasin Mitsukoshi. Quand j’ai voulu tirer la chasse d’eau, je me trouve devant une batterie de boutons mystérieux. je vois un fil avec une boule rouge. Je tire et retentit alors la sonnerie de l’alarme…Je ne vais plus aux toilettes que chez moi.(…)
Vivre longtemps est pénible. Je pleure sans être triste, mon cerveau marche au ralenti, mes genoux fléchissent et j’ai envie de dire :”Laissez-moi tranquille!” mais à qui ? Aux dieux ? A moi-même ?(…)Les jeunes marchent vers leurs rêves. Nous, les vieux , vers la mort (…) Nos rêves à nous les vieux ? Mourir d’un coup. C’est triste comme rêve.”

La place des vieux dans la société nippone (en 2030, un tiers des Japonais auront plus de 65 ans) est un problème majeur mais il ne fait que montrer avec un peu d’avance l’importance de cette question dans toutes les sociétés développées.

Pour éviter l’amertume ou le pessimisme, pour vieillir le moins mal possible, j’ai eu envie de consacrer dans ce blog beaucoup de place à cet évènement notable de nos vies : le vieillissement, la place des vieux dans la société, le regard ou le non regard des jeunes et des adultes sur la vieillesse, et puis enfin , le choix que certains (dont je suis) font de décider de la date et des modalités de sa mort.
Notre génération a aussi le devoir de parler des problèmes spécifiques que posent la vieillesse au féminin.
J’espère être rejointe dans cette réflexion par d’autres copines et peut-être aboutirons-nous à la conclusion que la vieillesse…n’est pas un problème, juste une phase de la vie qui peut être parfois merveilleuse…à condition d’être acceptée comme telle par la société et ceux qui la composent