Recherche

Articles avec le tag ‘Samuel Paty’

Ce 17 octobre 2020, Place de la République en hommage à Samuel Paty

Ce qui m’a frappé quand je suis arrivée place de la République, c’est d’abord cette sensation du recommencement : Charlie, Les attentats antisémites et tant d’autres manifestations depuis 60 ans sur cette place.
Quelques unes ont servi à modifier les lois ou l’histoire .Beaucoup d’autres n’ont servi à rien.

Mais depuis au moins 2012 (pour la France) les morts atroces de ces victimes sublimes donnent envie de hurler : les enfants juifs de Toulouse, une policière,un prêtre, les dessinateurs de Charlie, les spectateurs du Bataclan, les clients de certains bars ou ceux de l’hyper Casher, les promeneurs de Nice (pardon à ceux que j’oublie) Quel terrifiant et inutile massacre!

Seul l’universalisme peut nous sauver de l’horreur : les identitaires, les intersectionnelles, les amoureux de la cancel culture dont certain(e)s se revendiquent de la gauche, participent de ce rejet de l’Universalisme. Par leurs prises de position pour la différenciation, ils risquent de devenir les idiots utiles de criminels.

Encore une fois les catégorisations imbéciles (Les Blancs, LES Noirs, LES Femmes, LES hommes, LES Juifs, LES Arabes etc conduisent au pire.

Mais en ce 17 Octobre, place de la république, au milieu de ce désastre, il y eut cette femme berbère derrière son stand, se revendiquant du HIRAK, venant chaque dimanche sur cette place parler de cette révolte des Algériens contre un régime corrompu. Comme je lui reprochais l’absence de drapeau français à côté des drapeaux palestinien et berbère, elle a sorti un papier froissé de sa poche et m’a montré le texte de soutien à Samuel Paty qu’elle avait lu au début de l’après midi aux algériens présents.
Cette femme et ses camarades m’ont redonné un peu de courage et d’espoir.

“Tout ça pour ça”, titrait Charlie Hebdo. Ce n’est pas un cauchemar, c’est le monde comme il va.
Le dessin qui illustre ce petit texte (dont je n’ai pas retrouvé l’auteur) pouvait faire rire il y a quelques années.
Quand pourrons nous rire de nouveau ?