juillet 2022
L Ma Me J V S D
« juin    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Commentaires récents
    Catégories
    Archives

    Du large vers le bord

    Si d’étranges algues

    Vertes et pourpres

    T’habillent

    Laisse-toi porter

    Sirène sans chaînes

    Vers le grand bleu

    Sans limites


    Des signes de beauté

    D’un étrange tissu

    Naissent

    Et des traces solaires

    Que les vagues agitent


    Des étoles valsent

    Des bretelles se meuvent

    En douceur

    Pour dessiner ton corps


    Et la mémoire de ta robe

    Au-delà des formes

    S’étend sans couture

    Du large vers le bord

    Maria Zaki (Inédit, 2021).

    Dans l’effacement de soi / Nell’annullamento di sé

    Dans l’effacement de soi

    Le secret de l’initiation

    Se garde de lui-même


    Nul ne peut renseigner

    Autrui

    Sur l’épreuve du moi

    Qui s’évanouit

    Pour recevoir le Créateur


    Est-ce la jouissance

    De la rencontre

    Et de l’impossible

    Séparation

    Qui est indicible ?


    Ou s’agit-il

    Du rêve d’être

    Un ange de vérité

    Errant à la trace

    De l’éternité ?

    *************************

    Nell’annullamento di sé

    Il segreto dell’iniziazione

    Si guarda da se stesso


    Nessuno può informare

    Un altro

    Sulla prova dell’io

    Che svanisce

    Per ricevere il Creatore


    È il piacere assoluto

    Dell’incontro

    E dell’impossibile

    Separazione

    Che è indicibile?


    O si tratta

    Del sogno di essere

    Un angelo di verità

    Che vaga alla ricerca

    Dell’eternità?

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.

    Telle est du poète la veine/ Tale è del poeta la vena

    Avant la fermeture

    De la nuit

    Il a l’habitude de poser

    Son vers à boire

    Sur le zinc d’un nuage

    Et de contempler

    La lune et les étoiles


    Dans son ciel intime

    Il mesure en silence

    Le poids des mots

    Qu’on lui fera

    Cracher ou avaler

    Entre détresse et espoir


    Telle est du poète

    La veine

    Qu’il ne faut pas

    Pour autant en avoir

    De la joie

    Ni de la peine

    *****************************

    Prima della chiusura

    Per la notte

    Ha l’abitudine di posare

    Il suo verso da bere

    Sul bancone di una nuvola

    E di contemplare

    La luna e le stelle


    Nel suo intimo cielo

    Misura in silenzio

    Il peso delle parole

    Che gli faranno

    Sputare o ingoiare

    Tra sconforto e speranza


    Tale è del poeta

    La vena

    Non bisogna

    Tuttavia provarne

    Gioia

    Né pena

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.

    Parle-moi / حدثني

    Parle-moi d’océan

    Quand je regarde

    La ligne de l’horizon

    Se noyer dans la brume


    Parle-moi d’oasis

    Et combien plus

    En absence d’eau

    Au seuil de nos dunes


    Parle-moi de l’amour

    Qui allume nos couleurs

    Sans éteindre

    L’éclat de la lune


    Nous voici

    Tous les deux

    Disposition à l’écoute

    Et besoin d’écouter


    Ensemble sous

    Un ciel silencieux

    Nous apprenons

    La patience du berger

    **********************

    حدثني عن المحيط

    حينما أرى خط الأفق

    يغرق في الضباب


    حدثني عن الواحة

    أكثر من أي وقت آخر

    حينما تغيب المياه

    عن عتبة كثباننا


    حدثني عن الحب

    الذي يبهج ألواننا

    دون أن يوقف سطوع القمر


    ها نحن معا

    في تأهبٍ للإصغاء

    بحاجة للاستماع


    ها نحن معا

    تحت صمت السماء

    نتعلم صبر الرعاة

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.

    Quand la vie se fait belle / عندما تحلو الحياة

    Quand la vie

    Se fait belle

    Avançons plus vite

    Que nos doutes

    Vers nos rêves


    Sentons-nous

    Entre nous

    Éludons notre poids

    Délions nos ailes


    Et touchons

    D’assez près

    Aux étoiles

    Dans l’accompli

    De nos espoirs

    ********************

    عندما تحلو الحياة

    فلنتحرك أسرع من شكوكنا

    لتحقيق أحلامنا


    فلنحس أننا فيما بيننا

    فلنتناسى أثقالنا

    ونحرر أجنحتنا


    كي نلمس النجوم

    عن قرب

    فيما تحقق من امالنا

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.

    Une bouée / العوامة

    Comment remonter

    A la surface

    Des mers de sa solitude ?


    Comment désensabler

    Son corps de naufragé

    De ses habitudes ?


    Peut-être

    En jetant une bouée

    Vers l’autre


    Le chemin vers autrui

    Empêche de sombrer

    Dans ce qui n’a pas de fond

    ***************************

    كيف نطفوا

    على سطح

    بحار عزلتنا ؟


    كيف نزيل

    الرمال العالقة بالجسد

    لننقذه من الغرق في عاداته ؟


    ربما برمي عوامة النجاة

    نحو إنسان آخر لإنقاذه


    الطريق الى الآخر

    يحمي من الوقوع

    في هاوية ليس لها قرار

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.

    Le poète tombe vers le haut/ Il poeta cade verso l’alto

    Sous des vents terribles

    Secouant la terre

    Et arrachant les arbres

    Le poète tombe

    Abandonné et trahi

    Par ses propres jambes


    Privé de tout appui

    Connu ou reconnu

    Tremblant de doute

    Et de questionnement

    Avant de consentir

    À reconnaître

    Ce qui n’a jamais

    Cessé d’être

    Il tombe d’essoufflement


    D’un seul mouvement

    La lumière revient

    La perspective se recrée

    D’elle-même

    Et le poète incrédule

    Prend de la hauteur


    Dès qu’il reprend

    Ses esprits il entend

    S’élever dans les airs

    Ces quelques mots :

    Le poète tombe vers le haut

    **************************

    In balìa di venti terribili

    Che scuotono la terra

    E sradicano gli alberi

    Il poeta cade

    Abbandonato e tradito

    Dalle sue stesse gambe


    Privato di ogni appoggio

    Conosciuto o riconosciuto

    In preda al dubbio

    E all’interrogativo

    Prima di acconsentire

    A riconoscere

    Ciò che non ha mai

    Cessato di essere

    Cade sfinito


    Con un solo movimento

    Torna la luce

    La prospettiva si ricrea

    Da se stessa

    E il poeta incredulo

    Prende quota


    Non appena riprende

    I sensi sente

    Salire in aria

    Queste parole:

    Il poeta cade verso l’alto

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.

    Au plus intime de soi/ Nella parte più intima di se stessi

    Face à tout ce qui accable

    Et éprouve le présent

    Mêler l’inactuel

    À l’actuel

    N’a rien de reprochable


    Dans la nuit du langage

    S’obstiner à errer

    De rivage en rivage

    Tendre son poème

    Vers la lumière

    Y être sans y être


    Et au fond du gouffre

    Se réinventer

    Imposant l’élévation

    Au plus intime de soi
    **********************

    Di fronte a tutto ciò che sovrasta

    E mette alla prova il presente

    Mescolare l’inattuale

    All’attuale

    Non ha nulla di reprensibile


    Nella notte del linguaggio

    Ostinarsi a vagare

    Di riva in riva

    Dirigere il poema

    Verso la luce

    Esserci senza esserci


    E in fondo all’abisso

    Reinventarsi

    Imponendo l’elevazione

    Nella parte più intima di se stessi

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait du nouveau recueil “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 31 mars 2021.

    Les muses

    Plus haut que

    La mémoire des mortels

    Les muses

    Chantent et dansent

    Sur terre

    Et dans le ciel


    Souvent de nuit

    Leur finesse d’esprit

    Ouvre furtivement

    Une petite porte

    De l’infini


    Du bout des doigts

    On touche

    L’harmonie cosmique

    Sans comprendre

    Ni ce qu’on entend

    Ni ce qu’on voit


    Et lorsque l’aube

    Se pointe

    Elles retournent

    Au royaume des ombres

    En pressant le pas

    Maria Zaki (Inédit, 2021).

    Incapable de se déprendre

    Incapable de se déprendre

    Complètement du monde

    Le poète continue à écrire

    Non pas par tentation

    D’ajouter des mots

    Aux mots


    Mais pour continuer

    La sortie de soi

    Vers le divers humain


    Alors il erre parfois

    Se trompe de chemin

    Mais ne baisse

    Jamais les bras

    Maria Zaki (Inédit, 2021).