janvier 2022
L Ma Me J V S D
« déc    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Commentaires récents
    Catégories
    Archives

    Archive pour la catégorie ‘Poésie’

    Allons grands et petits

    Ils sont si fragiles

    Ces rayons de joie

    Qui nous tendent

    Gracieusement leurs bras

    Au-dessus des troubles

    Qui encombrent durement

    Notre élan et notre souffle


    Leur clarté vive

    Au cœur de la nuit

    Est peut-être éphémère

    Et leur durée moins sûre

    Mais rien n’est plus pur

    Que leur faculté

    De défier l’orage

    Pour rendre à nos visages

    Leurs beaux sourires


    Allons grands et petits

    Le vent d’hiver

    Soulèvera assurément

    Les dernières feuilles

    Des arbres tristes

    Qui longent le fleuve

    De notre courte vie


    Allons grands et petits

    Célébrons le nouvel an

    Et remettons à plus tard

    Nos peurs et nos soucis


    Maria Zaki (Inédit, Décembre 2021).

    Les mêmes sillages

    Il est des sentiers

    Qu’on ne souhaite

    À personne de fouler


    Ces pistes possibles

    À tout moment

    Qui vous coupent

    Dans votre élan

    Vous déstabilisent

    Et vous regardent

    Mordre la poussière


    Quand la lumière

    Revient de nouveau

    Sur votre passage

    Évitez de reprendre

    Les mêmes sillages !

    Maria Zaki (Inédit, 2021).

    Un nuage vaniteux / Una nuvola vanitosa

    Un nuage vaniteux

    Se sépare des autres

    Dans le ciel noir

    Il croit tout peupler


    Depuis qu’il demanda

    La lune en son plein

    Et crut l’avoir obtenue

    Il s’emplit de lui-même


    Aucun discernement

    Aucun signe d’humilité

    Que le destin

    Récompense en retour


    Bientôt

    Sa beauté suffisante

    Sa beauté suprême

    Tombera

    En gouttes infimes


    Il jettera un dernier cri

    Mais le ciel fera le sourd

    Et les étoiles joueront

    Les endormies

    ***********************

    Una nuvola vanitosa

    Si separa dalle altre

    Nel cielo scuro

    Credendo di popolare tutto


    Da quando chiese

    La luna nella sua pienezza

    E credette di averla ottenuta

    Si montò la testa


    Nessun discernimento

    Nessun segno di umiltà

    Che il destino

    Ricompensa in cambio


    Ben presto

    La sua bellezza presuntuosa

    La sua bellezza suprema

    Cadrà

    In piccolissime gocce


    Getterà un ultimo grido

    Ma il cielo rimarrà sordo

    E le stelle giocheranno

    Addormentate

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.


    Le temps finit toujours / Il tempo finisce sempre

    L’Homme n’a de cesse

    De se battre contre

    Sa condition humaine

    Contre son devoir

    Inhérent d’exister

    Au lieu de s’en acquitter


    Il se perd et se retrouve

    Dans les labyrinthes

    De l’actualité

    Mais à chaque fois

    Y laisse un morceau

    De sa vie intérieure

    De son unité


    Les promesses de jouvence

    De santé ou de liberté

    Ne sont que des offres

    Plus aliénantes que celles

    Qui les ont précédées


    Le temps finit toujours

    Par ramener l’Homme

    À la réalité des choses

    Et au prix à payer

    **********************

    L’Uomo non smette

    Di battersi contro

    La sua condizione umana

    Contro il suo dovere

    Inerente di esistere

    Invece di realizzare


    Si perde e si ritrova

    Nei labirinti

    Dell’attualità

    Ma ogni volta

    Ci lascia un pezzo

    Della sua vita interiore

    Della sua unità


    Le promesse di piacere

    Di salute o di libertà

    Sono solo offerte

    Più alienanti di quelle

    Che le hanno precedute


    Il tempo finisce sempre

    Per riportare l’Uomo

    Alla realtà delle cose

    E al prezzo da pagare

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.


    Du large vers le bord

    Si d’étranges algues

    Vertes et pourpres

    T’habillent

    Laisse-toi porter

    Sirène sans chaînes

    Vers le grand bleu

    Sans limites


    Des signes de beauté

    D’un étrange tissu

    Naissent

    Et des traces solaires

    Que les vagues agitent


    Des étoles valsent

    Des bretelles se meuvent

    En douceur

    Pour dessiner ton corps


    Et la mémoire de ta robe

    Au-delà des formes

    S’étend sans couture

    Du large vers le bord

    Maria Zaki (Inédit, 2021).

    Dans l’effacement de soi / Nell’annullamento di sé

    Dans l’effacement de soi

    Le secret de l’initiation

    Se garde de lui-même


    Nul ne peut renseigner

    Autrui

    Sur l’épreuve du moi

    Qui s’évanouit

    Pour recevoir le Créateur


    Est-ce la jouissance

    De la rencontre

    Et de l’impossible

    Séparation

    Qui est indicible ?


    Ou s’agit-il

    Du rêve d’être

    Un ange de vérité

    Errant à la trace

    De l’éternité ?

    *************************

    Nell’annullamento di sé

    Il segreto dell’iniziazione

    Si guarda da se stesso


    Nessuno può informare

    Un altro

    Sulla prova dell’io

    Che svanisce

    Per ricevere il Creatore


    È il piacere assoluto

    Dell’incontro

    E dell’impossibile

    Separazione

    Che è indicibile?


    O si tratta

    Del sogno di essere

    Un angelo di verità

    Che vaga alla ricerca

    Dell’eternità?

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.

    Telle est du poète la veine/ Tale è del poeta la vena

    Avant la fermeture

    De la nuit

    Il a l’habitude de poser

    Son vers à boire

    Sur le zinc d’un nuage

    Et de contempler

    La lune et les étoiles


    Dans son ciel intime

    Il mesure en silence

    Le poids des mots

    Qu’on lui fera

    Cracher ou avaler

    Entre détresse et espoir


    Telle est du poète

    La veine

    Qu’il ne faut pas

    Pour autant en avoir

    De la joie

    Ni de la peine

    *****************************

    Prima della chiusura

    Per la notte

    Ha l’abitudine di posare

    Il suo verso da bere

    Sul bancone di una nuvola

    E di contemplare

    La luna e le stelle


    Nel suo intimo cielo

    Misura in silenzio

    Il peso delle parole

    Che gli faranno

    Sputare o ingoiare

    Tra sconforto e speranza


    Tale è del poeta

    La vena

    Non bisogna

    Tuttavia provarne

    Gioia

    Né pena

    Maria Zaki, Traduction de Mario Selvaggio, Extrait de “AU DÉDALE DE L’ÂME/ NEL LABIRINTO DELL’ANIMA“, Edizioni AGA-L’Harmattan, 2021.

    Parle-moi / حدثني

    Parle-moi d’océan

    Quand je regarde

    La ligne de l’horizon

    Se noyer dans la brume


    Parle-moi d’oasis

    Et combien plus

    En absence d’eau

    Au seuil de nos dunes


    Parle-moi de l’amour

    Qui allume nos couleurs

    Sans éteindre

    L’éclat de la lune


    Nous voici

    Tous les deux

    Disposition à l’écoute

    Et besoin d’écouter


    Ensemble sous

    Un ciel silencieux

    Nous apprenons

    La patience du berger

    **********************

    حدثني عن المحيط

    حينما أرى خط الأفق

    يغرق في الضباب


    حدثني عن الواحة

    أكثر من أي وقت آخر

    حينما تغيب المياه

    عن عتبة كثباننا


    حدثني عن الحب

    الذي يبهج ألواننا

    دون أن يوقف سطوع القمر


    ها نحن معا

    في تأهبٍ للإصغاء

    بحاجة للاستماع


    ها نحن معا

    تحت صمت السماء

    نتعلم صبر الرعاة

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.

    Quand la vie se fait belle / عندما تحلو الحياة

    Quand la vie

    Se fait belle

    Avançons plus vite

    Que nos doutes

    Vers nos rêves


    Sentons-nous

    Entre nous

    Éludons notre poids

    Délions nos ailes


    Et touchons

    D’assez près

    Aux étoiles

    Dans l’accompli

    De nos espoirs

    ********************

    عندما تحلو الحياة

    فلنتحرك أسرع من شكوكنا

    لتحقيق أحلامنا


    فلنحس أننا فيما بيننا

    فلنتناسى أثقالنا

    ونحرر أجنحتنا


    كي نلمس النجوم

    عن قرب

    فيما تحقق من امالنا

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.

    Une bouée / العوامة

    Comment remonter

    A la surface

    Des mers de sa solitude ?


    Comment désensabler

    Son corps de naufragé

    De ses habitudes ?


    Peut-être

    En jetant une bouée

    Vers l’autre


    Le chemin vers autrui

    Empêche de sombrer

    Dans ce qui n’a pas de fond

    ***************************

    كيف نطفوا

    على سطح

    بحار عزلتنا ؟


    كيف نزيل

    الرمال العالقة بالجسد

    لننقذه من الغرق في عاداته ؟


    ربما برمي عوامة النجاة

    نحو إنسان آخر لإنقاذه


    الطريق الى الآخر

    يحمي من الوقوع

    في هاوية ليس لها قرار

    Maria Zaki (Extrait du recueil “Le chemin vers l’autre”/ “الطريق الى الآخر “), Le Scribe-L’Harmattan, 2014.