juin 2011
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Commentaires récents
    Catégories
    Archives

    Ton nom est mon soupir

    Ton nom est mon soupir

    Dans la nuit torsadée

    De secrets et de désirs

    Toi, qui marches dans

    Le cortège de mes vers

    Comme on marche

    A l’orée du désert

    Toi, qui réinventes

    Chaque nuit un conte

    Que tu dépoussières

    Embrassant à l’intuition

    La lèvre chancelante

    De la première lueur

    Toi, la fugitive du jeu

    La mémoire et l’enjeu

    Toi, la proche lointaine

    Belle Shéhérazade

    En ton nom, il n’est rien

    Qui me revienne !

    Maria Zaki (Entre ombre et lumière, 2007).

    Commentaires :

    Maria Zaki dit :

    17/06/2011 à 13:18

    Tout d’abord, merci infiniment à tous ceux qui m’encouragent en laissant leurs commentaires. En réalité, cher Saïd, mon objectif en tant qu’auteure, c’est d’adopter une position d’ouverture d’esprit, explicitement assumée comme inclusive. Position à partir de laquelle de nouveaux axes de réflexion intéressants peuvent être posés, tout en interrogeant le passé.
    Amitiés.

    Écrire une réponse

    El Alaoui Saïd dit :

    17/06/2011 à 11:43

    Un homme aux yeux dépoussiérés: « Je trouve que c’est une bonne idée de faire appel aux symboles qui habitent l’imaginaire d’un peuple pour mieux le toucher et le sensibiliser. Je crois que ce n’est pas un hasard si la toute première nouvelle que vous avez publiée, chère Maria, soit Shéhrazade et les mille et une frustrations (dans Histoires courtes du Maroc). Un titre très significatif, n’est-ce pas ? »

    Écrire une réponse

    Houria dit :

    16/06/2011 à 19:35

    J’aime bien ce poème, il fait partie de toute une série dont je me rappelle bien, publiés dans le recueil Entre ombre et lumière. Tous pour clamer qu’une autre femme arabe -autre que la Belle Shéhérazade- existe et qu’elle veut être reconnue. Il suffit que les hommes dépoussièrent leurs yeux pour la voir.

    Les commentaires sont fermés.